Le roman d’énigme lance un défi à son lecteur : trouver le coupable avant le héro du livre.  Sortez vos loupes !

scene de crime

Whodunit

Derrière ce mot un peu étrange se cache une expression anglaise, who has done it, qui une fois comprimée devient whodunit : qui est le coupable ?

L’auteur laisse donc à disposition du lecteur une multitude d’indices pouvant le guider jusqu’au coupable, l’objectif pour le lecteur étant de démêler l’affaire avant l’étape de résolution, c’est-à-dire le dernier chapitre. Le lecteur ayant accès aux mêmes indices que l’enquêteur, c’est bien une course intellectuelle ; c’est précisément l’exercice cérébral qui a séduit les lecteurs !

Très prisé de 1920 à 1940, le polar a énigmes fut ensuite victime de son succès : la surprise du lecteur aguerri diminue au fur et à mesure qu’il reconnaît les mêmes schémas. Difficile en effet de créer sans cesse de nouveaux retournements de situation, ou de s’éloigner des personnages stéréotypés habituels.

L’énigme en chambre close

Le mystère en chambre close est une variante du whodunit traditionnel. Comme son nom l’indique, l’intrigue se déroule dans un espace clos, depuis lequel le coupable n’a pas pu s’échapper et fait donc partie des personnages présents.

C’est notamment le principe du Cluedo, des mangas Détective Conan ou encore du roman Dix petits nègres d’Agatha Christie.

Quelques références du roman à énigme

La mode du polar d’énigme s’étant un peu essouflée, il est parfois difficile de trouver des auteurs contemporains. On cite tout de même l’auteur français Paul Halter, avec plus de quarante romans policiers à son actif.

Si vous souhaitez plonger dans les ouvrages de l’âge d’or du whodunit, nous vous conseillons Agatha Christie, experte en la matière ! Arthur Conan Doyle (papa de Sherlock Holmes) et Edgar Allan Poe se sont eux aussi essayés au genre.

Vous souhaitez relever le défi ? Partez à la chasse aux indices !